CATHERINE ARMATAFFET

PSYCHOLOGUE CLINICIENNE, PSYCHOTHÉRAPEUTE.

 

Après 10 années d’expérience et de pratique à la clinique des Vallées dans un service de psychiatrie lourde, où j’ai suivi des patients, formé du personnel soignant et animé différents groupes thérapeutiques,  j’exerce aujourd’hui en cabinet libéral depuis 2003.

j’ai obtenu mon DESS à l’Université de Genève car déjà très attirée par les neuro-sciences. Je me suis ensuite perfectionnée pendant 3 ans en TCC à l’Université de Lyon puis passionnée pour l’EMDR, où j’ai validé les niveaux I et II et passé ma certification praticien EMDR. La victimologie étant mon créneau d’expertise, j’ai passé un DU de Victimologie afin de me perfectionner dans ce domaine pour venir au mieux en aide à ce public touché par l’accident de vie.

En effet, la double formation, victimologie et EMDR, permet d’être à la pointe du traitement des victimes, que ce soit des traumatismes uniques, isolés ou bien des traumatismes répétés.

J’ai ensuite été chargée de cours à l’institut de formation en soins infirmiers (IFSI) d’Ambilly, puis superviseuse/analyse de la pratique pour des groupes d’éducateurs dans différents service d’aide à la vie sociale.

Enfin, j’interviens régulièrement en entreprise, dans la gestion et prévention du stress et du burn-out, prévention des risques psycho-sociaux, apprentissage des différentes techniques de relaxation et conseil en ressources humaines.

CATHERINE ARMATAFFET

PSYCHOLOGUE CLINICIENNE, PSYCHOTHÉRAPEUTE.

 

Après 10 années d’expérience et de pratique à la clinique des Vallées dans un service de psychiatrie lourde, où j’ai suivi des patients, formé du personnel soignant et animé différents groupes thérapeutiques,  j’exerce aujourd’hui en cabinet libéral depuis 2003.

j’ai obtenu mon DESS à l’Université de Genève car déjà très attirée par les neuro-sciences. Je me suis ensuite perfectionnée pendant 3 ans en TCC à l’Université de Lyon puis passionnée pour l’EMDR, où j’ai validé les niveaux I et II et passé ma certification praticien EMDR. La victimologie étant mon créneau d’expertise, j’ai passé un DU de Victimologie afin de me perfectionner dans ce domaine pour venir au mieux en aide à ce public touché par l’accident de vie.

En effet, la double formation, victimologie et EMDR, permet d’être à la pointe du traitement des victimes, que ce soit des traumatismes uniques, isolés ou bien des traumatismes répétés.

J’ai ensuite été chargée de cours à l’institut de formation en soins infirmiers (IFSI) d’Ambilly, puis superviseuse/analyse de la pratique pour des groupes d’éducateurs dans différents service d’aide à la vie sociale.

Enfin, j’interviens régulièrement en entreprise, dans la gestion et prévention du stress et du burn-out, prévention des risques psycho-sociaux, apprentissage des différentes techniques de relaxation et conseil en ressources humaines.

Qu’est-ce que l’EMDR ?

 

EMDR signifie “Eye movement desentization and reprocessing”, c’est-à-dire reprogrammation et désensibilisation par les mouvements oculaires.

Il s’agit d’une approche permettant de diminuer la détresse associée à des souvenirs perturbateurs, de «digérer» de vieux souvenirs ou traumas ayant encore un impact au moment présent.
L’EMDR a été développé en 1987 par la Dre Francine Shapiro, psychologue américaine, qui a découvert l’effet positif des mouvements oculaires (regarder de gauche à droite) en combinaison avec le traitement des souvenirs.

Après plusieurs études, il apparaît aujourd’hui qu’un des ingrédients actifs de cette approche serait la stimulation bilatérale, qui peut se faire également par d’autres moyens (par exemple : son entendu dans chaque oreille, vibrations dans les mains, tapotement sur les genoux, le tout en alternance d’un côté à l’autre). L’EMDR se fait donc à l’aide de la stimulation bilatérale et en évoquant les souvenirs cibles.

En temps normal, le cerveau arrive à digérer les événements vécus. Or, il arrive que certains événements ne soient pas suffisamment bien traités par le cerveau. L’objectif de l’EMDR est donc d’aider le cerveau à reprendre son travail, c’est-à-dire digérer le souvenir et intégrer de l’information adaptative, afin de se libérer de la charge émotionnelle qui n’est plus adaptée au moment présent.

L’EMDR est une psychothérapie particulièrement efficace. Elle est la seule, avec les thérapies comportementales et cognitives, dont l’usage est officiellement recommandé pour le traitement de l’état de stress post traumatique par la Haute Autorité de la Santé (HAS, juin 2007) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS, juin 2014).

 

A qui s’adresse l’EMDR ?

Aux enfants, ados et adultes qui souffrent de traumatismes (agressions physiques et morales, accidents, abus sexuels, catastrophes naturelles, guerres, etc.) ou d’événements pénibles (deuil, séparation, licenciement professionnel, difficultés professionnelles, etc.), de dépression, d’addictions (toxicomanie, alcoolisme), de troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie), d’attaques de panique, de phobies, de TOC (troubles obsessionnels compulsifs), de troubles psychosomatiques, etc.

 

Quelles sont les contre-indications de l’EMDR ?

Les troubles graves de la personnalité comme les psychoses sont considérés par la majorité des thérapeutes comme une contre-indication ainsi que les états suicidaires et les troubles cardiaques récents.

 

Quels sont les avantages de l’EMDR par rapport à d’autres méthodes thérapeutiques ?

L’avantage de l’EMDR réside dans la rapidité et l’efficacité du traitement. De plus, les résultats obtenus par l’EMDR sont constants et durables.

Qu’est-ce que l’EMDR ?

 

EMDR signifie “Eye movement desentization and reprocessing”, c’est-à-dire reprogrammation et désensibilisation par les mouvements oculaires.

Il s’agit d’une approche permettant de diminuer la détresse associée à des souvenirs perturbateurs, de «digérer» de vieux souvenirs ou traumas ayant encore un impact au moment présent.
L’EMDR a été développé en 1987 par la Dre Francine Shapiro, psychologue américaine, qui a découvert l’effet positif des mouvements oculaires (regarder de gauche à droite) en combinaison avec le traitement des souvenirs.

Après plusieurs études, il apparaît aujourd’hui qu’un des ingrédients actifs de cette approche serait la stimulation bilatérale, qui peut se faire également par d’autres moyens (par exemple : son entendu dans chaque oreille, vibrations dans les mains, tapotement sur les genoux, le tout en alternance d’un côté à l’autre). L’EMDR se fait donc à l’aide de la stimulation bilatérale et en évoquant les souvenirs cibles.

En temps normal, le cerveau arrive à digérer les événements vécus. Or, il arrive que certains événements ne soient pas suffisamment bien traités par le cerveau. L’objectif de l’EMDR est donc d’aider le cerveau à reprendre son travail, c’est-à-dire digérer le souvenir et intégrer de l’information adaptative, afin de se libérer de la charge émotionnelle qui n’est plus adaptée au moment présent.

L’EMDR est une psychothérapie particulièrement efficace. Elle est la seule, avec les thérapies comportementales et cognitives, dont l’usage est officiellement recommandé pour le traitement de l’état de stress post traumatique par la Haute Autorité de la Santé (HAS, juin 2007) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS, juin 2014).

 

A qui s’adresse l’EMDR ?

Aux enfants, ados et adultes qui souffrent de traumatismes (agressions physiques et morales, accidents, abus sexuels, catastrophes naturelles, guerres, etc.) ou d’événements pénibles (deuil, séparation, licenciement professionnel, difficultés professionnelles, etc.), de dépression, d’addictions (toxicomanie, alcoolisme), de troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie), d’attaques de panique, de phobies, de TOC (troubles obsessionnels compulsifs), de troubles psychosomatiques, etc.

 

Quelles sont les contre-indications de l’EMDR ?

Les troubles graves de la personnalité comme les psychoses sont considérés par la majorité des thérapeutes comme une contre-indication ainsi que les états suicidaires et les troubles cardiaques récents.

 

Quels sont les avantages de l’EMDR par rapport à d’autres méthodes thérapeutiques ?

L’avantage de l’EMDR réside dans la rapidité et l’efficacité du traitement. De plus, les résultats obtenus par l’EMDR sont constants et durables.

CONSULTATIONS  CATHERINE ARMATAFFET

Tarif : 60,00 € la séance d’environ 1h

N° Adeli : 749305199

CONSULTATIONS

CATHERINE ARMATAFFET

Tarif : 60,00 € la séance d’environ 1h

N° Adeli : 749305199

CABINET PSYCHO SANTÉ 74

CATHERINE ARMATAFFET

89 Avenue de Genève
Montée N° 4
1er étage

74000 Annecy

Tél. : 04 50 67 23 05
Mail : catherine.armataffet@hotmail.fr